Le secret de votre futur Best Seller

Le secret d’un best seller ? L’écriture de votre futur best-seller recèle toujours les convictions les plus chevillées au corps. Elle répond aussi toujours à une question universellement partagée. Enfin, elle est épurée de bien des préjugés inutiles pour s’ouvrir aux autres et toucher les âmes.

Cet article est en lien avec ma vidéo “L’ÉCRIT se nourrit de CONVICTIONS” à voir sur ma chaîne youtube ou juste en-dessous de cet article. Bonne lecture et bon visionnage

Bonjour tout le monde !

Tous les Best sellers que j’ai pu lire traitent avec maestra d’un sujet universel. Ils le fondent littéralement dans l’histoire (comme le cœur d’un fondant au chocolat, si vous voyez ce que je veux dire), une histoire qui englobe toute la complexité de son sujet et parle au plus grand nombre. Pour moi, le Best Seller, c’est ça.

L’auteur d’un Best Seller assume ses convictions

La bienveillance est de rigueur

Pour que l’auteur réussisse cet exploit, il y pose l’intention la plus forte. Il insuffle le souffle de la passion en exprimant ses convictions les plus chevillées au corps, sans s’y enfermer.

Son esprit est donc ouvert pour épurer son propos de préjugés inutiles et donner une réponse sincère. Les grands classiques de la littérature ne sont pas pour moi des références en la matière. Je reste axée sur les best-sellers contemporains.

Ce qui nous intéresse ici, c’est de savoir comment écrire une réponse universelle à nos contemporains ici et maintenant. Le challenge est donc d’offrir au plus grand nombre un travail saisissant ! 

Je commence mon best-seller !

Le challenge est de taille

Offrir au plus grand nombre un travail saisissant ! Le problème qu’un écrivain rencontre dans une telle démarche altruiste est de relier son travail, emprunt d’une éthique personnelle assumée, à l’objectif (assumé lui aussi) d’être publié. Ces deux intentions peuvent rapidement se télescoper, être vécues comme contradictoires, s’annuler même. La nécessité de se livrer aux autres percute souvent nos peurs profondes de nous mettre à découvert — comme les vagues incessantes percutent la digue du port du Havre sous une tempête. Ce « big problem » coupe fréquemment l’élan productif d’un auteur mal à l’aise avec sa création.

blogging

Pour moi, le Best Seller, ce serait peut-être ce blog, mais je ne suis pas sûre de ça

Le jeu du blogging est un formidable tremplin à la créativité. Mais le blogueur peut vite avoir l’impression de parler aux murs. Sans parler qu’il n’est pas facile de mettre un visage animé sur les internautes, un visage ami, que l’on apprend à connaître. La formation « Blogueur Pro » d’Olivier Roland (que je suis depuis 8 mois) s’est agrémentée d’une rencontre à Bruxelles il y a 2 mois. Là, c’est le déclic ! On se rencontre entre « blogueurs pro. » et me voilà sur wattsapp avec trois autres blogueurs débutants et c’est le coup de foudre ! On se parle, on se raconte, on se motive, on se lie d’amitié et on grimpe à l’antenne dans une dynamique explosive. Finalement, je me rends compte qu’il est temps de vous livrer mes écrits. Pour une écrivaine, c’est bien le moins que je puisse faire 🙂

Olivier Chambon, un psy pas comme les autres

La vision du monde, muée en conviction profonde, fait toute la différence

J’ai commencé l’histoire de Sophia sur ce blog. Mais ma vision du monde, l’intention forte, la conviction profonde qui anime le courage de transformation, manquent à ce projet d’écriture. L’idée seule ne suffirait pas à embarquer tout le monde. Qu’à cela ne tienne ! J’en ai un, moi, de projet, qui porte le souffle de ma vie. Il est d’autant plus important qu’il a vécu les affres de la critique et l’exile au fond du tiroir. Il a vécu ! C’est ma première histoire d’écrivaine. Elle a six ans et s’intitule : « La Main invisible ».

Pour l’écriture de cette aventure formidable, j’ai fait un paquet de recherches, notamment sur le chamanisme. Et Olivier Chambon faisait partie de mes sources. Ce mec est très attachant. Il y a peu, il balançait son « incroyable découverte » sur son journal facebook : la planète en danger ! Olivier mérite un article à part entière. Pour le coup, j’ai lu un livre-interview de lui et Laurent Huguelit : « Le Chaman et le Psy ».

Bref, j’envoie illico le début de l’aventure de Mia, si inspirante. Je vais faire de cette héroïne le nouveau Largo Winch au féminin. C’est d’ailleurs ce qu’elle a toujours aspiré à être. Peut-être qu’elle se sentait trop étriquée dans ce rôle. Vous allez bien le découvrir. Commencez l’aventure ICI !

Merci à vous tous de participer à la vie de ce blog et je compte sur vos commentaires pour répondre de plus en plus activement aux questions que VOUS vous posez. Alors, n’hésitez pas à balancer tout ce qui vous passe par la tête, ça fera avancer le schmilblick. À tout de suite sur ce blog les amis !

Les liens info sur les livres et leurs auteurs sont aussi des liens d’affiliation Amazon. Ils m’aideront à entretenir notre blog. Merci d’avance pour votre participation !

Écrire une histoire et la finir !

Nous savons tous raconter des histoires. Chacun à notre façon. Alors, qu’est-ce qui fait qu’on achève pas toujours notre récit ? Creusons cet angle d’attaque pour suivre la réalité d’une histoire. L’écriture, “l’imaginaire en action”, suit une quête, encore vivante, fumant dans la mémoire du conteur.

Bonjour tout le monde !

Avec cette petite vidéo, je me lance sur les traces de l’écrivain en action ! Pourquoi ne parle-t-on jamais des temps d’écriture où l’écrivain ne finit pas son histoire ?

Je pense que cette question est source de découvertes intenses sur la difficulté d’écrire un récit de bout en bout, sans faiblir. Et c’est bien le sujet premier que je me fais un devoir de décortiquer avec vous.

Dites-moi tout ce qui vous passe par la tête à ce sujet ! On fera le tri ensemble. C’est la fête du slip ! Laissez un p’tit commentaire pour qu’on fasse avancer le shmilblick. Merci à tous et à tout de suite les amis !

Vous vous demandez sûrement ce qui se passe quand un écrivain se lance dans l’écriture d’un roman ? Plein de choses ! Mais, parfois, après le feu d’artifice d’idées et l’éclate des premières rencontres (avec son héros, les amis et parents de ce dernier, et ses ennemis potentiels), l’auteur cale et ne sais pas continuer.

Il doit chercher ou abandonner.

Bien sûr ! Me direz-vous, il y a des écrivains qui savent ce qu’ils veulent dire et ne se fourvoient pas dans le désert. C’est vrai.

Avec cet angle d’attaque, qui part de LA question que nous nous posons tous au moins une fois dans notre vie Un écrivain connait-il la fin de l’histoire qu’il raconte ? -, je vous invite à réfléchir à comment écrire une histoire. 

Le vivant appelle le vivant !

Les personnages et l’auteur forment indéniablement la trame du récit. C’est aussi simple que ça. Je dirais donc que finir l’écriture de son histoire dépend du rapport entre la quête du héros et celle de son auteur.

Une histoire est un organisme de cellules

La présence des personnages secondaires permet le déroulement du récit (grâce aux alliés) et le parcours et l’achèvement de la quête.

Cette fin est conditionnée par les personnages en présence et les rapports de force qui se jouent (enjeux). Pour résumer, une histoire est un organisme vivant cousu de fils blancs, que l’auteur parvient à réanimer… ou pas.