Thriller éclair en 21 jours #1 Concours d’écriture

thriller ruelle sombre

Vite ! Je participe à un concours de nouvelles sur Kobo ! Un thriller éclair à créer avant le 31 mars 2021. J’ai 21 jours pour l’écrire en seulement 6000 mots. 33 000 caractères max, ça fait 6000 mots, si je ne me trompe, non ? Je ne répond pas au concours d’écriture “Quai du polar” par hasard, vous vous en doutez bien. En effet puisqu’il a pour intitulé « Nature et environnement, terrain de jeux du crime ». Mais, c’est au cœur de la crise actuelle ! Bonne lecture ! Et, on se retrouve chaque jour pour suivre l’écriture du thriller.

 

corona puce

J’écris « Le Projet Line » depuis un an. Deux autres seront nécessaires pour aboutir au point final. C’est ainsi, je le sais. Pendant ce temps, je m’applique à l’exercice en faisant d’autres exercices. Car, ce roman ne se vendra pas tout seul. Et, pour rivaliser avec les maisons d’édition des temps anciens dont la notoriété transperce l’inconscient collectif, je dois travailler, exercer mon art. C’est aussi simple et complexe que cela.

Quels que soient mes déboires, mes joies et mes peines, mes convictions et mes illusions, j’ai goûté aux histoires. Et, l’aventure de 21 jours que je vous propose de suivre ici, maintenant, est l’exercice le plus passionnant à vivre pour qui rêve d’écrire avec la légèreté de l’être.

Nous y aspirons tous, n’est-ce pas ? Qu’on aime juste à rêver l’idéal de l’être inspiré, où qu’on s’intéresse à la création d’une fiction, mon thriller éclaire colle pile poil avec mon envie explosive de m’exprimer sur la situation actuelle. C’est l’énergie du printemps qui démarre ici, aujourd’hui 8 mars 2021.

Sur quel thème est lancé ce concours d’écriture policière ? Car, je ne réponds pas à ce concours par hasard. Non, le thème de ce concours de mini thrillers tombe comme un pavé dans la mare, éclaboussant le cœur et la tête. « Écologie et environnement, nouveau terrain de jeu du crime »

Nouveau ? Sans déconner ? C’est une question à 43 milliards d’euros (montant du CA officiel de Bayer, l’industriel allemand, défenseur d’une humanité saine dans un environnement sain. C’est ce que pèse officiellement Bayer en 2019. Un embryon du XIXème siècle dont l’histoire refait surface au plus fort de la crise actuelle.

En 45, Bayer subit un spectaculaire revers à Nuremberg, où ses principaux chimistes et dirigeants sont condamnés à quelques années de prison. Ces hommes sont précieux pour le commerce de la chimie de synthèse, on ne pourra les punir trop longtemps pour des crimes finalement nécessaires à l’avancée de la science.

Des premiers colorants de synthèse aux premiers gaz mortels, en passant par l’aspirine et l’engrais, Bayer peut nous offrir tout ce dont nous rêvons. Puisque la chimie de synthèse fait vivre la société entière, les acteurs clés de cette industrie multiplie les puissantes collaborations

L’industrie Bayer crée nos médicaments, nos semences OGM, nos armes de guerre et nos pesticides. Quel est le rapport entre ces différentes activités ? Elles ont toutes les mêmes ingrédients de départ, des molécules chimiques de synthèse, des poisons savamment dosés pour tuer, ou pas.

Où mène une logique de croissance du commerce chimique, au juste ? Ça mène loin, ça mène si loin que nous n’osons l’imaginer. La fiction nous rend-elle les choses plus supportables ? Déforme-t-elle la réalité ou l’influence-t-elle ? Je vous propose de suivre mon double défi : 21 jours pour écrire une nouvelle policière.

Demain, je raconte comment le personnage de Soledad s’est présenté à moi ce week-end, alors que je m’exerçais à ouvrir la porte aux premiers personnages. je commence presque toujours par mon héros. Si ce n’est pas directement par lui, c’est à travers les yeux de quelqu’un qui éprouve assez de fascination ou de répulsion pour se nourrir de lui. Soledad… Dès que son prénom sort, je sais que c’est elle, mon héroïne. J’écris des scènes, de furtifs morceaux d’actions, comme lorsqu’on marche dans une rue et qu’il s’y passe des choses, nous ne captons que des bribes d’informations disparates. C’est une palette de couleurs qui se dessine, de couleurs, de sons et d’odeurs, ou du moins ‘ambiances à défaut d’émotions. Je cherche à savoir qui est Soledad. Est-elle issue du milieu criminel ? Est-elle laborantine ? En tous les cas, je sais qu’elle voit les choses arriver, comme le témoin averti de la descente aux enfers de son patron. Y aura-t-il meurtre ou tentative de meurtre sur ce chercheur trop gênant ?

À SUIVRE...

Chers lecteurs, co-écriteurs, simples curieux, rejoignez l’aventure

Vous avez un avis sur le sujet ? Exprimez-le