Trois livres pour changer de vie

L'étagère à livres

Trois livres pour changer de vie

Pour devenir blogueuse, je me suis lancée dans l’aventure la plus incroyable de ma vie. J’ai pourtant vécu, comme vous, des moments passionnants mais, je n’avais pas atteint la sagesse d’en profiter.

Aujourd’hui, je suis la formation Blogueur Pro d’Olivier Roland et, si elle débute par l’action (créer son blog et publier, of course !), elle nous oblige avant tout à nous positionner face à nous-mêmes. Alors, certes, j’ai un blog, je publie, mais j’ai dû passer par ce que j’appelle mes « trois jours devant le miroir ». C’est un véritable dossier de recherche en vase clos qui répond à la question fondamentale : « qui es-tu ? ». Je peux vous dire que ça fumait, là-dedans ! Et qu’en tout état de cause, je n’étais pas seule. J’avais les vidéos d’Olivier, celle de David Laroche (de motivation faite spécialement pour nous) et le livre de Tim Ferris.

Pédagogue des Rebelles intelligents, je dirai qu'Olivier Roland est le chef de fil français du blogging comme Sciences Appliquées. Et tant pis pour les sensibilités professorales.

Et voilà, on y arrive !

La raison d’être de cet article (en dehors du fait que je l’aurais écrit… un jour) est qu’il participe à l’événement inter-blogueurs « Les 3 livres qui ont changé votre vie » initié par Olivier Roland sur son blog « Des livres pour changer de vie ».

Incontestablement, mon article préféré est celui où Olivier fait la chronique de « La semaine de quatre heures ».

Ce livre est en train de changer ma vie ! Tim Ferris explique qu’une idée lumineuse lui a permis de changer sa vie. (Encore !? Ça fait beaucoup de changements je sais, mais on est nombreux sur la planète)

On veut changer, faire un coup d’éclat, envoyer tout balader, se ruer vers le soleil sans regarder derrière, ce genre de choses qui ne sont pas vraiment des broutilles et qu’on évince (trop) souvent d’un revers de main. C’est irréfléchi, irréalisable, impensable. Voilà comment notre imagination nous fait plus souffrir que la réalité elle-même. Tim, disais-je, a trouvé SA solution (que j’ai appliquée) : préméditez les fléaux tant redoutés, les conséquences de votre rêve fou qui détruira immanquablement votre confort et votre avenir.

Visualisez le pire scénario qui découlera de ce projet insensé, qui bourdonne à votre esprit comme une mouche dont la ténacité n’a d’égal que votre crispation.

Visualisez-le donc ce scénario catastrophe qui nous défend de passer à l’action ! Ensuite, analysez-le comme suit, le plus simplement du monde, en écrivant sur une feuille de papier :

1 – « Et si je… », le pire qui en découlera est… (définir ses peurs)

Faites-le vraiment, le résultat est bluffant. Moi, c’est très simple et un peu ridicule en apparence, je me suis demandé : « Et si j’écrivais deux ou trois articles par semaine… » Bête comme chou, non ? Ne vous fiez pas aux apparences, le résultat était méga-flippant. Mais ce n’est pas tout !

2 – Que puis-je faire pour éviter ce scénario cauchemardesque ? Ça permet de plonger dans la dimension pratique et c’est très intéressant.

3 – Quels seront les bénéfices obtenus si je…

4 – Quels sont les coûts subis par l’inaction sur un à dix ans ?

 Ce livre a changé la vie de beaucoup de personnes et rien que ce premier exercice m’a permis de faire un grand pas. C’est là que je me suis dit, qu’effectivement, deux autres livres avaient changé ma vie, sans hésiter.

« Le Processus de la présence »
de Michael Brown

 

De tous les livres de développement personnel que j’ai pu lire, jamais je n’ai trouvé un auteur qui rendait son lecteur aussi autonome et responsable de son changement. C’était absolument incroyable ! Michael Brown nous entraîne vers un changement radical de perception de la vie, mais attention !  Ce n’est pas une partie de rigolade où l’on a l’impression de courir dans la prairie en prenant un grand bol d’air.

L’exercice est éprouvant. L’auteur porte son lecteur en face de ses responsabilités (comme un ami le ferait). Bien sûr, il reste un guide philosophique et spirituel auquel on adhère (ou pas), ne nous leurrons pas. Mais ce livre a ceci d’unique qu’il nous aide à nous guider par et pour nous-mêmes, pour le plus grand bien de notre entourage d’ailleurs.

Les exercices durent 10 semaines. Deux séances de « respiration » par jour sont impératives, avec ordre de rester parfaitement immobile. Seules nos respirations profondes créent le mouvement. Nous nous enfonçons progressivement dans le monde de la Présence : un périple au cœur d’un monde intérieur entièrement relié au monde et à ses interactions quotidiennes. C’est absolument dément. Loin d’être devenue une illuminée, je me suis retrouvée les pieds sur terre, ouverte au monde de ses possibles. Ce livre vous transforme à jamais.

« Libérez votre créativité »
de Julia Cameron

Quelques années auparavant, j’ai découvert ce livre par le plus grand des hasards

Sans mentir, il m’a réellement permise de ne pas sombrer. Son sous-titre « La bible des artistes » ne doit pas vous tromper. Il s’adresse à tous. Comme disait Ben (Vautier), “nous sommes tous des artistes”. De même que pour celui de Brown, « Libérez votre créativité » est un livre d’exercices pour apprendre à se faire confiance et dépasser ses peurs. Grâce à Julia, j’ai appris à créer dans une démarche épurée, à prendre le stylo et à écrire, tout simplement.

Mais, ce n’est pas venu tout de suite. Ce genre de travail est un « processus ». Avant de parvenir à écrire des histoires, j’ai pris le pinceau et me suis mise à la peinture, alors que j’ai toujours su que j’étais écrivaine. L’âme a ses raisons… Avec ce livre, pas de séances de respiration, mais le rituel des pages du matin. Le principe est de soulager le reste de votre journée de toutes vos inquiétudes parasites. Et ça marche !

Le “cerveau artiste” est libéré par un exercice d’écriture automatique à faire dès le réveil.  Vous videz ainsi le “cerveau de survie”.

Lui, est opérationnel dès la première minute d’éveil, pour faire tourner la censure intérieure. Une fois celle-ci neutralisée, la journée de libération peut commencer. Douze semaines d’exercices qui sont pour la plupart extrêmement plaisants et salutaires si vous vivez une grosse période de sape.

Douze semaines qui libèrent la lame de fond créative qui nous habite tous et cherche à sortir dans un grondement incessant d’émotions extrêmes.

Et voici présentés, dans l’ordre inversé de ma vie, les trois ouvrages qui ont changé et changent encore le cours de ma vie. Car, honnêtement, quand un livre vous transforme, vous n’en avez jamais vraiment fini avec lui.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+
Pinterest

4 réponses sur “Trois livres pour changer de vie”

  1. Bonjour Alice et merci pour ces 3 livres !

    Je suis une grande fan de la semaine de 4 heures et de libérer votre créativité (mon exemplaire n’est pas tout à fait dans le même état que le tien mais presque …;-))

    J’ai également participé à l’événement d’Olivier Roland (http://claireescala.com/3-livres-change-vie/) et j’ai choisi :
    – Le chevalier à l’armure rouillée
    – Le principe LOL2A
    – Pouvoir illimité
    Auxquels je rajoute « Priorités aux priorités » (cf ma chronique : http://claireescala.com/priorite-aux-priorites/) 😉
    À lire sans hésitation !

    En route vers plus de liberté
    ClaireESCALA. com

    1. Bonjour Claire, et merci pour cet échange. Ton article m’a beaucoup intéressé. L’acceptation dont parle le premier livre est l’étape qui te permet de prendre le chemin de la question où tu apprends à répondre. Le problème auquel nous sommes tous confrontés un jour ou l’autre, c’est de chercher la réponse à la question qu’on ne s’est pas encore posée. En lisant ta chronique, me rappelle un livre qui m’a beaucoup aidée et que j’avais complètement oublié. Il s’agit du “Le Pouvoir de choisir”, d’Annie Marquier. Bonne chance pour ton blog, Claire. Au plaisir de nos futurs échanges, Alice

  2. Super article! 🙂 Ça donne envie de découvrir les ouvrages, surtout les 2 derniers dont je n’avais presque jamais entendu parler!

    1. Salut Flore merci. Je n’avais pas encore vu ton commentaire. Le démarrage technique est un peu laborieux. Mais ton mot est arrivé ! Oui, je n’en entends jamais parler, du processus de la présence, mais il est très enrichissant, au-delà de ce que j’aurais pu croire d’un simple livre. Finalement, il représente aussi pour moi une grande leçon d’écriture.

laissez un commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :