Le roman fantastique à l’épreuve du devoir de philo

L’auteur de roman fantastique doit-il faire ses devoirs de philo ? C’est avec beaucoup de résistance qu’il aborde la technique éprouvée du plan : problématique, thèse, hypothèse. C’est en explorant le pouvoir de l’intuition qu’il découvre la puissance autodestructrice de son esprit cartésien

L’écriture du roman fantastique à l’épreuve du plan : problématique et enjeu

la résistance au plan
l'écrivain fantastique peut-il faire l'économie de l'exigence implacable de son devoir de philo ?

La résistance au plan

Salut tout le monde ! Je suis en pleine phase de résistance. Certains écrivains se sentent plus en phase en déroulant les pages de leur futur bouquin, s’assignant même un nombre de mots obligatoire par jour, tandis que d’autres ne démarrent l’écriture qu’une fois leur plan établi. Moi, je balance entre les deux. Depuis que je “travaille” l’ossature de mon premier épisode, j’ai l’impression sordide de sortir de l’univers de mon roman. Où sont passés mes personnages ? Leurs actions ne se résument qu’à des fiches stériles que je ne parviens pas à faire exister dans ma tête. À contrario, j’aime la sensation d’immersion dans leur vie lorsque, chaque matin, je tisse un lien avec mes personnages, en allant les retrouver quotidiennement sans tout calculer à l’avance. Je les approche, je les devine, je suis comme une espionne qui les observe et les analyse. Avec ma nouvelle tactique d’approche, je ne me sens pas dans mon élément, c’est indubitable.

L’exigence de structure

Quand je dis “travailler”(le plan) entre guillemets, c’est parce que je bricole. Ma tête n’est pas habituée à penser en terme de structure, quand bien d’autres se sentiraient perdus s’ils accumulaient de la matière sans pouvoir l’ordonner dans un cadre préétabli. À la réflexion, ne suis-je pas en plein vagabondage intellectuel, justement ? Je sais que certains écrivains écrivent au fil de l’eau et que ça ne les empêche pas d’achever leur manuscrit. Et puis, je sais surtout que mes deux premiers bouquins “manquent de structure“. Même si je suis contente du résultat, je ne suis pas dupe. L’inspiration seule ne mène pas à l’excellence, et encore moins au best-seller recherché ici. Peut-être n’y parviendrai-je jamais. Mais, encore faut-il tenter le coup ! Alors, oui, je vais m’accrocher et continuer ces “fiches-actions” et “fiches portraits” qui s’abattent sur les murs de ma chambre, punaisés comme dans une mauvaise série policière.

L’ordre atteint son but

Les murs sont envahis de post-it et de caractères manuscrits qui ne me parlent pas. J’ai aussi tracé une longue ligne au feutre noir pour faire office de chronologie. Pour l’instant, je n’y ressens nulle vie et ça ne m’éclaire pas. Plus je colle et punaise ces mots, moins ça me rassure, et plus je m’éloigne de mon but. C’est à n’y rien comprendre. Mon cerveau serait-il en rébellion contre ma tentative d’ordonner ses idées ? Je ne vais pas me laisser faire. Une amie m’a envoyé une technique de plan qu’elle utilise depuis ses années de fac de philo. J’ai beaucoup d’estime pour son travail. Directrice de publication, elle est suffisamment calée pour que je prenne son document de trois pages au sérieux. Il m’apparaît si obscure que j’en ai mal au crâne. Je ne me démonte pas et commence à le décortiquer point par point. Et, ô miracle, il me parle. Je vous partagerai ici les deux premiers points. Le troisième nécessitant un temps de réflexion pour mon prochain article.

Les  pouvoirs intuitifs enfermés dans l’esprit cartésien : thèse et hypothèse

mental et intuition
le pouvoir de l'intuition n'est-il qu'une affabulation de l'esprit ?

L’enjeu de nos pouvoirs

Premier point : définition du problème et de son enjeu. Ça, c’est facile. Le problème est le suivant : Cécile s’aperçoit que son enfant a des pouvoirs (d’ailleurs, ce n’est pas très développé pour l’instant). Tiens, si je me focalisais sur ce sujet central ces prochains jours ? Mon plan serait peut-être plus facile à monter. L’enjeu est de cacher les conséquences de cette révélation au commun des mortels ou, du moins, d’en maîtriser l’impact. Deuxième point : construction de la problématique (thème, thèse, problématique). Là, j’ai du mal à comprendre. Serais-je butée, voire irrécupérable ? Disons que je suis face à ma plus grosse lacune : la construction. Bah, oui, c’est bien ça. Je me suis même aperçue récemment que j’avais du mal à viser un résultat, pour tout, en fait. Allez, ça se corse mais je m’engouffre dans la faille. Même pas peur, je me lance ! Mon thème entre dans le registre du fantastique mais pas dans le genre monstres et compagnie. Car, pourquoi inventer du fabuleux quand la réalité en produit déjà ? Je veux au contraire le révéler.

La thèse du pouvoir intuitif

Je veux étudier la réalité de nos pouvoirs intuitifs. S’ils existent vraiment, pourquoi n’apprenons-nous pas à nous en servir ? Je pense que c’est une longue histoire. C’est mon thème, assurément. Et, ma thèse, quelle est-elle ? Disons que, dans l’absolu, nous avons tous la capacité de développer notre pouvoir intuitif, selon notre éducation, notre apprentissage, les circonstances de notre vie et le développement de notre personnalité. Je définirais ce pouvoir intuitif comme une connexion à soi-même poussée à l’extrême, passant les limites de notre intellect et perçant les frontières de notre mental. Il nous permettrait alors de capter des informations. Ou, plutôt, d’être l’information elle-même ! Menant à la télépathie et autres aberrations surnaturelles pour nos pauvres esprits cartésiens. Je vous partage à ce sujet une référence que j’estime digne de foi. J’appelle Corinne Sombrun à la barre (voir la vidéo en fin d’article). J’ai lu tous ses bouquins et j’aime son retour d’expérience.

La question du refoulement

Mais, reprenons le plan. J’ai donc à formuler ma problématique. Où est le problème à résoudre ? Je dois réduire ma question à sa plus simple expression : comment développer son pouvoir intuitif dans une culture éducative enfermée dans l’intellectualisme pur ? Vaste question qui ne définit pas assez le problème traité dans mon roman : les pouvoirs de Line sont inconnus, rejetés et considérés comme nuisibles (car exprimés). Cécile, sa mère, a elle aussi des pouvoirs, mais elle a su les refouler étant enfant. Comme nous avons tous appris à le faire. La souffrance qu’on s’inflige ainsi est le problème. Comment le résoudre ?  En apprenant à accepter nos capacités intuitives, à en faire une force, à s’en servir. Comment ? C’est toute la démonstration que j’ai prévu de développer dans ce roman intitulé “Le Projet Line“. Line deviendrait une source d’inspiration pour le lecteur.

L’hypothèse de l’auto-destruction

Le troisième point demande réflexion : redéfinition de l’énoncé. Okay mais, c’est quoi mon énoncé ? Nous aurions une capacité intuitive dont nous ne concevons pas la puissance. Refoulée, coupée du champ informationnel, elle dérive, et nous nous en détournons, nous déformons les informations auxquelles nous serions naturellement reliés. Résultat, nous apprenons très jeunes à nous détourner de nous-mêmes et alimentons une opposition intérieure qui mène à l’auto-destruction programmée. Redéfinir l’énoncé devrait conduire à émettre une hypothèse de sortie de crise, non ? Une sorte de réveil intérieur ? Mais, pour parvenir à quoi ? Pour aller où ? Vers un nouveau rapport au monde ? Ça manque de substance. Le point positif est de s’en apercevoir. Je me posais encore la question quand un ami me parle de l’infirmière de Roswell. Et là, un nouvel horizon se présente à moi. Affaire à suivre…

Inscrivez-vous pour recevoir les prochains épisodes. C’est tous les lundis et jeudis. Votre abonnement comprend un kit de démarrage pour écrire un roman, c’est cadeau !

Exclu abonnés : des news, des histoires, des vidéos boost et plein d’astuces pour vous inspirer dans votre vie au quotidien !

Une intrigue secondaire est un chemin qui mène à la question centrale du roman.

L’histoire de Cécile et Henry est une intrigue secondaire qui joue des coudes pour prendre sa place dans la trame principale du Projet Line.

Là, je bloque. L’histoire de Cécile et Henry est une intrigue secondaire qui joue des coudes pour prendre sa place dans la trame principale du Projet Line. Nous ne sommes qu’au début du roman alors que j’imagine déjà Cécile et ses complices fomenter un coup tordu contre ce personnage patibulaire de Likun. Si je me laisse déborder par cette intrigue passionnante, j’aurai peut-être du mal à l’imbriquer dans le premier épisode. C’est le  genre de scrupule qui aide à se poser les bonnes questions : où, quand, et comment finira donc cette intrigue ?

Les questions sont des chemins dont la destination n’est pas la réponse

route
"Le lecteur doit toujours retourner sur la route principale."
route
"Comment positionner les acteurs principaux ?"

Le roman est un maillage de routes à parcourir : où, pour où, pourquoi, et comment ?

Je vais laisser décanter cette affaire pour revenir à l’intention qui sous-tend le roman : déterminer la nature des superpouvoirs de Line. C’est, en quelque sorte, une recherche sur le pouvoir de la nature qui nous constituent. Dans un roman, le lecteur doit toujours retourner sur la route principale. C’est tout l’intérêt de la structuration du roman : comment relier les routes secondaires à l’axe central ? Et, comment s’assurer que leur parcours enrichisse l’exploration ? Cécile ne doit pas prendre la vedette, nous sommes bien d’accord, et ce n’est pas mon intention. Mais, Line n’a que deux mois, elle ne peut animer les dialogues ou poser un diagnostique. Alors, je perçois l’enjeu de ce début de roman : instiller l’idée que le « cas Line » est créé de toutes pièces par son entourage. Question : comment positionner les acteurs principaux qui façonnent notre héroïne aux premières années de sa vie ?

Ces questions sont les feux de route qui éclairent l’explorateur

La fin de mon roman apportera LA question et annoncera le début de la véritable aventure. Pour commencer, je pose l’enjeu de la création d’un individu social. Comment devenons-nous le produit de notre entourage et du système qui le conditionne ? Si je me suis engagée dans cette intrigue secondaire (voir les deux épisodes précédents), c’est pour apporter des éléments de réponse dans le registre du fantastique. Mon postulat : considérée comme une enfant perturbée, voire «  malade », Cécile a appris à réprimer ses pouvoirs. En définitive, Cécile devient ma clé d’entrée pour parler de l’origine des superpouvoirs de sa fille, Line. J’explore ainsi les questions de déviance enfantine, de normalité et de moulage éducatif. J’ai déjà écrit quelques scènes où elle est envoyée au Japon à l’adolescence. C’est là-bas qu’elle apprendra à maîtriser ses « problèmes », avec un vieil ami de son père : Shiito. Vous savez, les histoires de super-héros me fascinent. Ils abordent la question du jugement et du préjugé qui nous enferment dans des cases. Maintenant, je m’interroge encore : quelle véritable question émerge de ce parcours ?

superpouvoirs
le registre des questions souterraines : les histoires de super-héros

Comment devenons-nous un super-héros ?

C’est ça la vraie question. Un super-héros obéit à des lois, comme tout le monde (voir les 7 lois spirituelles du super-héros de Deepak Chopra) Ces lois traduisent les « déviances » traitées par les normes de la société, ce qui alimente l’absurde et réprimande la liberté de penser. À ce propos, j’aimerais vous partager la vidéo d’un personnage singulier qui parle de la mise en case : Sébastien Villalba. Il va publier un bouquin qui promet de décortiquer la mode du « pervers narcissique ». Se qualifier à travers des cases pose le postulat suivant : nous sommes sensés nous définir et répondre à des attentes. Aujourd’hui, les cases de la psychiatrie ont fini par s’imposer communément. J’opte pour en sortir.

Mais, dans le registre des questions souterraines, la véritable question demeure face aux lois : comment assumer sa propre liberté ? N’est-ce pas l’enjeu central pour tout à chacun ? Comment ? Par le jeu, bien sûr ! Nous avons aujourd’hui accès à une banque de connaissances infinie, profitons-en ! Expérimentons les techniques d’auto-détermination actuellement transmises.

Chaque question traversée dessine la réalité du parcours, et les routes se construisent à mesure qu’on les foule

mur
"ce subtil travail de construction pour atteindre un équilibre "

Parcourir le chemin de la responsabilisation

Sadguru propose actuellement une session de formation pour apprendre à utiliser notre système corps-esprit-énergie. Nous disposons d’une technologie vivante que nous pouvons apprendre à utiliser POUR nous et non CONTRE nous-mêmes. Le but étant de gagner en lucidité. Bingo ! Au moment où j’écris ces lignes, je découvre une session de formation proposée par Sadhguru et, bien sûr, je m’y inscris immédiatement. Vous pouvez en faire autant, on pourra échanger à ce propos si le cœur vous en dit. J’écoute Sahdguru sur youtube depuis un an environ, et je m’en inspire pour créer les personnages qui soutiendront ma super-héroïne dans son élévation spirituelle. Perso, j’utilise ses conseils pour mes exercices du matin et j’aimais l’écouter pour apaiser mon esprit. Il accompagne ce subtil travail de construction pour atteindre un équilibre fondé la responsabilisation consciente. Se sentir entièrement responsable de nos pensées, de nos actes, de nos relations aux autres et de notre bien-être, c’est le propre du super-héros.

Mon intrigue secondaire soumet nos jugements à l’épreuve de la normalisation

Mais revenons à Cécile. Elle sera donc mon élément clé pour dérouler le sujet passionnant de la « déviance » sociale tout au long du roman. Je rappelle que le super-héros est le réceptacle de nos jugements liés aux attributs de la normalité. Bon, ceci étant dit, une intrigue secondaire doit avoir un début et une fin, prétexte à enrichir le sujet central du roman. Le « don » ou le « pouvoir » d’un super-héros est nié par la société. Notre personnage doté de superpouvoirs doit donc transformer le « problème » en solution. Son premier réflexe est d’adhérer aux normes imposées, puis de se rendre compte que s’il apprend à utiliser son pouvoir pour enrichir les autres, il doit changer d’angle de vue. On arrive au « parcours du héros ». Un cheminement psychologique qui demande d’assumer son potentiel. S’il construit son équilibre intérieur, il accède à la responsabilité de ce potentiel qui, par cette force autonome, perd sa dangerosité pour soi et les autres.

imbrication

L’écriture d’un roman est une technique de maillage

Pour l’instant, je ne sais pas comment l’histoire de Cécile et Henry va s’imbriquer dans le premier épisode du Projet Line. Je ne sais donc pas comment elle prendra fin, ni même quelle conséquence elle aura dans la suite de l’histoire. Pour le savoir, c’est comme dans la vie : un pas devant l’autre et on réfléchit à chaque pause. Pour imbriquer les deux intrigues, deux questions s’imposent : comment évolue l’affaire et comment évolue le cas Line ? Cécile n’est pas seule. Entre la nourrice, la nounou américaine, les employés dévoués et le reste de la famille, Cécile n’est pas le pilier de l’histoire. Line, même bébé, peut guider le lecteur sans sa mère. Je retourne en arrière dans mes écrits et je m’aperçois que je prévoyais déjà la rencontre avec Henry. C’est fou de constater que le fil du récit se tisse un jour après l’autre, et que j’oublie tranquillement son existence…

Le romancier peut associer la discipline du tisserand à la liberté du créateur

grillage support de création
la grille est un support de création : limites et sorties en continuelle imbrication

La discipline quotidienne du tisseur d’histoires

L’esprit est bien fait, faisons-lui confiance. Des fois, je me dis que nous sommes des tisseurs d’aventures. Comme l’araignée, nous fabriquons des fils tellement solides et transparents qu’on peut être sûr qu’une fois tissés, ils restent en place et supportent notre construction. C’est pourquoi je crois en la constance dans l’écriture, et j’affirme qu’une séance quotidienne est le pilier fondateur de l’écriture d’un roman. Apprendre à être libre dans ses séances est tout aussi essentiel que d’en faire une discipline. Je m’explique : toutes les scènes que j’écris depuis des mois ne suivent pas la chronologie. Un jour Line a deux ans, un autre elle en a quinze ! Pourquoi ? Pour deux raisons. D’une, je cherche toujours à respecter l’impératif de liberté intuitive propre à cet exercice d’écriture quotidien. Démarrer le matin en étant libre d’écrire ce que je veux comme je veux fait partie du deal. De deux, je m’impose cette année d’écrire un plan du roman. Avec cette méthode non chronologique, je suis parvenue à une vision générale de ce plan, explorant l’univers de mon héroïne par morceaux, sautant allégrement les années selon mes envies.

plan du roman
Plan du Projet Line - ébauche d'une chronologie
mots auto-suggestion

La patience d’ange des créateurs d’univers

J’ai ainsi ébauché un plan, inventé des personnages qui ne sont pas encore arrivés pour ce premier épisode. Et, heureusement ! Car, si je publie le premier épisode à Noël, je dois être capable de le relier à l’ensemble à venir (honnêtement, je me donne deux ans pour écrire ce roman : no stress). Ainsi, j’ai tout loisir de ménager le suspense, d’introduire des éléments dont le lecteur comprendra plus tard les implications (comme c’est déjà le cas pour notre ami Henry). Maintenant, j’aimerais attaquer les recherches. C’est passionnant mais énergivore. J’ai un peu peur de m’y laisser engloutir et de m’éloigner du ronron des séances. Perspective inquiétante mais riche ! Inventer des superpouvoirs, c’est se coller aux avancées scientifiques et aux lectures ardues. Pour l’instant, j’avoue ne pas avoir trouvé le fil sur lequel tirer, et dont tout découlerait. J’ai déjà tiré des scènes intéressantes de mes précédentes tentative mais, elles restent anecdotiques. Ces recherches devront me permettre d’élaborer un système cohérent pour expliquer les pouvoirs de mes héroïnes, en rapport avec la réalité de nos propres capacités extra-sensorielles. Affaire à suivre…