Son médecin lui conseille le chocolat pour son cœur. Où est le problème ?

coeur chocolat

“Où est le problème ?”

Son médecin lui conseille le chocolat pour son cœur

Comment peut-on oublier ses bonnes habitudes alimentaires ?

J’avais pourtant acquis de solides connaissances en la matière :

fruits et légumes bio, of course, le plus de crudités possibles, une cuisson vapeur et, évidemment, l’huile d’olive bio, ce médicament miracle. Voilà qui contrebalançait mon penchant inflexible pour la cigarette et reculait le dépérissement annoncé de la peau.

J’ai malheureusement constaté il y a quelques jours que mon visage flétrissait. C’est indéniable. J’ai un peu lu Deepak Chopra, qui m’ennuya si vite que je n’ai pas fini son bouquin intitulé “Un Corps sans âge, un esprit immortel” (par contre, j’ai étudié fort consciencieusement “Les sept lois spirituelles des super héros”). J’ai quand même retenu qu’on vieillit si on le veut bien, qu’en un sens le vieillissement est une croyance personnelle ; et je suis sûre que c’est vrai.

Mais, avec le temps, j’ai laissé les enfants façonner mes habitudes de consommation. Vous pensez ! À force d’être recalée, j’ai fini par céder : spaghettis bolognaise (dont j’ai piqué dans un film la recette fort simple de ma sauce tomate italienne), et toutes sortes de cochonneries de supermarché dénuées d’antioxydants et bourrées de produits chimiques.

Curieusement, ce matin, à Aldi, un petit vieux me demande à la caisse où j’ai déniché mon Milka. Je lui tends un lot de trois tablettes en promo et il me dit que son médecin lui conseille de manger du chocolat pour soutenir son cœur fragile.

Je sens qu’il attend mon approbation. Je me permets donc de lui expliquer qu’à part du sucre raffiné -absolument déconseillé pour le cœur-, il n’y a rien de bon dans ce chocolat-là. Ce type de mélange ne lui sauvera pas la vie.

Il repose alors le produit qu’il avait ajouté à son sac de pommes et je vais lui chercher une tablette de chocolat à 70%, un vrai chocolat agrémenté de sucre de canne bio à 0,99 euros la plaquette. Comme il hésitait, je lui offre.

C’était pour moi une piqûre de rappel.

Bien sûr, le Milka est pour ma fille, mais pourquoi est-ce que je n’achète pas, moi aussi, du chocolat pour mon petit cœur ?

Voilà bien un monde où les médecins prodiguent leur sagesse avec une générosité désarmante, qui s’arrête net aux portes de leur cabinet. Décidément, la vie moderne est pleine de mystères , que l’on s’évertue à découvrir jusqu’aux caisses familières du supermarché.

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
Pinterest

laissez un commentaire :